Un amour pur et innocent

Publié le par arille

Ce matin, premier jour de l'année, je suis allée promener mon chien, un chien blanc, très beau à mes yeux, assez petit et remuant. Il faisait un temps triste que seule une promenade dans le froid parvient à rendre supportable. Les boutiques fermées montraient tout de même en vitrine des animaux en situation d'hiver, des ours blancs, des rennes, des lapins, avec des écharpes rayées et des bonnets. Mon chien, en passant/pissant devant ces vitrines, se permettait un bref arrêt. Que pensait-il ce chien blanc d'un ours blanc qui lui ressemblait assez ? Comment savoir.

 

D'autres vitrines fermées montraient des verres cassés, en forme de ronds concentriques très jolis. D'autres, très sales, affichaient des messages incompréhensibles où il était question de gens qui étaient contre, mais on ne savait pas contre quoi.

 

J'eus l'idée d'acheter un chou décoratif. Une fleuriste aphone servait un monsieur d'un certain âge qui achetait quatre roses blanches. Elle les emballait soigneusement séparément, ce qui prenait du temps. Immédiatement je m'imaginai que le monsieur avait quatre femmes. Etait-ce bien dans ce cas de les traiter à égalité parfaite ? N'aurait-il pas été plus décent d'acheter quatre fleurs différentes ? Le monsieur me parlait de mon chien. Comme il était beau, est-ce que j'avais mis chien méchant sur ma barrière et est-ce que je lui avais fait moi-même ce coquard si coquet ? Me draguait-il, l'homme aux quatre femmes ? Etait-il à la recherche d'une cinquième ? J'eus honte de ces pensées mauvaises qui ne ciblaitent peut-être qu'un innocent papa ou un gentil oncle aux quatre nièces...

 

Quoi qu'il en soit, cette promenade me ramena à la maison chou en main. Je trouvai par terre des dizaines de billets de 50, 100, 200 et 500 euros mouillés et collés au macadam. Malheureusement de taille réduite. J'imaginai qu'ils avaient dû jaillir de ces bombes de fête comme voeux de richesse et prospérité. C'est en tout cas ce que je vous souhaite, un amour pur et innocent comme une rose blanche, des amis, des loisirs et un travail aussi charmants qu'un chou décoratif et une grande richesse comme ces mignons billetons.

 

 

 

Publié dans propos aimables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Colombetto 01/01/2013 22:21

Je suis ravi que l'argent sorte des choux pour l'an neuf. Après la fin du monde, le possible est encore plus infini. L'infini devient encore plus possible.