Les incompréhensibles

Publié le par arille

Certaines personnes, certaines situations me sont incompréhensible. 

 

Comme par exemple ce couple de personnes un peu âgées qui me téléphone pour s'inviter chez moi. ILs ont des révélations à me faire, disent-ils, sur l'évolution du voisinage. Des immeubles qu'on va construire sur l'emplacement du terrain de mes voisins qui auraient vendu. Ils sont tout prêts, ces gens bizarres, me disent-ils au téléphone, à me montrer les plans. 

 

J'accepte et je les attends pour 20 heures. A 20heures 30, nous sommes assez énervés car la famille est affamée. Nous avons même commencé à manger quand ils sonnent sans même s'excuser. Elle, une rousse liftée et habillée en minette, la peau fatiguée par de trop fréquentes expositions au soleil, lui une sorte de DSK miteux (pléonasme ?). Et les voilà s'asseyant d'eux-mêmes là où ILS ont décidé de s'assoir, superculottés. Et les voilà, soignant leurs effets, vaguement méprisants "vous êtes sûrs que vous parlez avec vos voisins ? Ils ont vendu ! Et vous ne le saviez pas ?" Et les voilà, faisant durer le moment où ils sortent de leur cartable improbable un plan signé Bouygues (là on est sensé avoir peur).

 

Et nous voilà, regardant un plan d'immeuble un peu indifférents et assez incrédules au fond, eux révoltés par notre passivité et notre indifférence. Eux, ils sont juste les propriétaires  de l'immeuble d'en face, et s'il y a un immeuble, ça va faire du bruit et des nuisances, mais nous en souffrirons plus qu'eux. Nous ne bronchons toujours pas. On dirait un jeu de poker menteur. Mais entre des joueurs qui ne saent pas jouer. 

 

Et les voilà, essayant de nous rendre jaloux en disant que s'ils ont besoin de nous joindre, c'est facile car monsieur est notaire à XXX mais c'est madame qui est riche "tout est à nous, tout est à nous, tout est à nous" montrent-ils sur le plan, ils peuvent nous téléphoner mais ils ne trouveront le message qu'un mois plus tard car ils partent en vacances au Maroc. Il ne faudrait pas que madame débronze. 

 

Ils partent enfin, nous laissant le cerveau comme un puzzle défait. Les incompréhensibles propriétaires notaires qui se la pètent.

Publié dans UNE HISTOIRE VRAIE

Commenter cet article