Je me fais vieille

Publié le par arille

Samedi je me promenais dans ma ville. J'essayais d'avancer sans faire tomber le paquet de délicieux gâteaux que je portais comme un trésor. Je me faisais souvent bousculer tant il y avait de monde. 

 

Je vis alors une boutique nouvelle qui me stoppa dans mon élan. C'est souvent là que je me dis que je me fais vieille, quand il me semble que les boutiques naissent de plus en plus vite, d'un jour à l'autre semble-t-il.

 

La vitrine entièrement nue laissait voir des fauteuils en forme d'oeuf dans lesquels était confortablement installée une rangée de personnes. Il montait de leur pied à leur bouche en passant par leur ventre un tuyau gris comme on peut en voir dans les baignoires pour tenir le pommeau de douche. Ce tuyau se terminait dans la bouche de chacun de ces malheureux qui en mordait le bout. Une lumière ultrableue sortait de leur bouche. Stupéfaite, mon paquet de gâteaux en équilibre sur ma main, je regardais longtemps le spectacle irréel de cette tangée de mordeurs de lumières bleues. Comme des poussins géants humains, chacun dans son oeuf, ils attendaient d'éclore à une vie meilleure, plus glamour, plus prometteuse de succès et de bonheurs. Tout allait changer, c'était sûr car dès leur sortie de l'oeuf, ils auraient tous les dents aussi blanches que s'ils les avaient peintes au blanco.

 

Je me suis dit alors que je me sentais vieille, trop vieille pour ça et cette pensée m'a étrangement réconfortée.

 


Publié dans ESPIONNER LES HOMMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article