Com plainte des voisins

Publié le par arille

Après l'école viennent les vacances d'été. Nos voisins gueulards aux trois enfants hurleurs et aux deux chiens aboyeurs s'apprêtent à partir. Mais ils partent en deux étapes. D'abord Madame et les trois enfants, puis Monsieur et les deux chiens. Lorsque Madame s'en va, le soir-même, Monsieur lance les invitations et organise une grande fête musicale. Il invite ses deux chiens. Il boit beaucoup. En fait, il s'arsouille, se pochtronne, s'assaisonne. Il cherche une bonne musique en zappant comme un fou et s'arrête sur du Polnareff des années 70. Il crie dessus toutes les deux secondes. Les chiens aboient. Monsieur lance des insultes à Michel qui chante trop bien.

 

Les voisins du voisin ne sont pas très contents, comme nous qui assistons aux premières loges à cette triste fiesta. La seule question que nous nous posons, c'est jusqu'à quelle heure ?

Comme les années précédentes la police avait été prévenue, cette fois le voisin décide de raccompagner ses invités à minuit. Et comme ce sont juste ses deux chiens, il leur lance quelques insultes, ce qui ne les change pas beaucoup des ta gueule habituels.

 

Le lendemain, le portail des voisins est ouvert et les deux chiens des voisins sont en vadrouille. Je retrouve l'un d'eux trois cents mètres plus loin. L'imbécile de chien ne nous reconnaît même pas parce que, tout simplement, il ne s'attend pas à nous voir là. Je rencontre une vieille dame avec un caniche hors d'âge. Elle me dit qu'elle et son chien ont le même âge, en années humaines. Elle est ennuyée car elle a fait tomber chez elle une boite d'aiguilles. Elle ne peut pas les ramasser car elle a peur, si elle se penche, de ne pas pouvoir se relever. J'appelle le chien du voisin qui fait toujours semblant de ne pas me reconnaître, ou alors ce n'est pas lui.   

Publié dans UNE HISTOIRE VRAIE

Commenter cet article