Matières nouvelles à la rentrée

Publié le par arille

Pierre Roger, homme du 13ème siècle, me pousse à m’intéresser beaucoup à l’histoire et à la géographie. Curieusement ce sont des matières qu’à l’école j’ai survolé sans passion ni souvenirs marquants. J’étais pourtant présente ainsi que mon intelligence : ça ne passait pas. Alors que je me sentais des maths et du français, je me sentais des langues étrangères avec délice, je ne me sentais ni d’histoire ni de géographie. Pourtant née en Afrique, j’aurais dû m’intéresser. La façon très possessive de mon institutrice de s’approprier l’histoire de France m’avait je crois tétanisée. Nous avons fait la révolution, nous avons gagné la guerre. Ah bon ? Je n’avais rien fait de tel moi. Devant tant d’aplomb, je me suis mise en retrait. Ca ne semblait pas légitime pour moi, l’histoire et la géographie. C’était l’affaire de ceux qui prenaient vraiment la France pour leur chose. Au fond j’ai beaucoup de chance. J’aborde ces matières nouvelles avec l’enthousiaste du nouveau.

 

Je vais aussi mettre la méditation au programme. Pierre Roger incite aussi à la méditation sur le sens de la vie et sur la mort. Mais aussi sur la manière d’aimer. Sur la manière d’accompagner les personnes qui comptent. Sur l’étonnement. Il faut méditer sur l’étonnement et s’étonner sur la méditation. Il le faut. Il faut méditer en se promenant et se promener en s’étonnant. Ainsi de ma promenade d’hier à Salles sur Garonne je m’étonne encore de la beauté des lieux et de la présence d’un monsieur épais dans une voiture épaisse pour nous éviter de visiter le jardin d’une propriété à vendre. « C’est privé » a-t-il mâché. Je m’étonne encore de ce jeune homme blond qui nous a abordé pour nous demander comment il pourrait lui aussi se procurer un Pierre Roger pour Halloween. C’est un crâne de médecine ? A-t-il demandé. Nous avions tant de choses à lui dire sur Pierre Roger, Béatrice et moi, que nous en avons peu dit. Il faut aussi méditer sur la discrétion, la mesure et la confiance.

Publié dans culture et confiture

Commenter cet article