J'aime pas les éloges

Publié le par arille

Les éloges m'effraient et m'angoissent.

Pourtant, quand un ami écrivain dont j'aime  l'imagination extra terrestre et le style à la Italo Calvino fait l'éloge d'arille sur son site, j'apprécie, tout particulièrement la comparaison avec un caillou et avec un trou souffleur. 

J'aime  les cailloux. Pour le trou souffleur, Je sais qu'Yves veut parler de ces curieux trous qu'on peut rencontrer en montagne, reliés à une grotte, mais je l'entends aussi comme le trou (du) souffleur, au théâtre, le gars (ou la fille) dans l'ombre qui envoie les mots et ça, ça me plaît beaucoup pour arille.

J'ai inventé une petite chanson merdeuse à cette occasion. Pour ceux qui ont sous la main un instrument de musique, l'air, simplet, fait ;  la si la si la sol sol et quelque part il faut rajouter un diese pour rendre cela plus harmonieux, sur un des la.

Voilà :

J'aime pas les éloges, j'fais tout pour les éviter
J'aime pas les éloges on dirait qu'on s'est trompé
Qu'on parle à une autre, une qui saurait remercier

J'aime pas les éloges, j'suis bien trop embarrassée
Je me sens épinglée, comme javellisée, toute propre et à embrasser

J'aime pas les éloges, ou alors secrets
Les tout juste murmurés, j'préfère faire ma majorée,
Répéter assez, assez

J'aime pas les éloges, j'crains le retour du balancier
le coup bas vicelard qui rétablirait la véritable vérité

J'aime pas les éloges, je n'suis qu'une enfant gâtée

Publié dans propos aimables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

arille 15/11/2008 22:59

Merci Gabrielle !

Eh Monsieur Arnolfino, est-ce dollars ? pour vous qui êtes un merveilleux cuisinier, sans doute, arille n'a pas le sou !

Gabrielle 15/11/2008 20:04

Et le trou du souffleur, attraction si populaire de Tahiti, un trou effectivement souffleur ?

Tant pis si tu n'aimes pas les éloges, moi j'aime ton blog, et j'ai beaucoup aimé également l'éloge qui t'est faite sur l'Astrée !

Arnolfino 12/11/2008 23:10

Arille et Arnolfino vont en bateau. Quel hasard ! Ils ont ar au bout du nom. Ils arrivent à en parler. Est-ce du lard ? Est-ce de l'art ? Il faut aller au trou souffleur.