Mentir ou être puni

Publié le par arille

Quelque chose m'échappe dans la justice.
A propos de
Jean-Marc Rouillan, dont la semi-liberté a été suspendue à la suite d'un entretien dans L'Express. Je ne comprends pas cette suspension. On nous apprend qu'il est mieux de dire la vérité que de mentir. Pourtant, si Jean-Marc Rouillan avait menti en disant, par exemple, qu'il regrettait ce qu'il avait fait, rien de désagréable pour lui ne se serait passé.
Vraiment cela m'échappe, comme si la justice fonctionnait sur les aveux à l'entrée (une prétendue vérité) et à la sortie sur le mensonge.
Je n'ai jamais compris du reste cette histoire d'aveux. Pourquoi un méchant avouerait-il ? S'il est capable de transgresser la loi, il peut être capable de mentir pour s'éviter des conséquences fâcheuses. Un autre peut avouer par peur ou pour d'autres raisons.
Que faut-il en penser ? Que croire ?

Publié dans Propos engagés

Commenter cet article