L’âme des cailloux

Publié le par arille

Ce caillou plus petit qu'un ongle a été ramassé à Saint-Rustice, près du canal lattéral à la Garonne.








Les cailloux se ramassent très tôt, dès l’enfance. Ensuite on a mille choses plus importantes à faire. Pourtant les cailloux sont toujours là, à portée de main. Les cailloux sont pleins de qualités. Ils sont discrets. Ils savent montrer un chemin. Ils peuvent alourdir un sac.

J’aime l’honnêteté du caillou et son amour du silence. Un caillou ne vous coupe pas la parole, ne vous fait pas oublier vos idées. C’est le compagnon idéal de l’écrivain, plus sage qu’un chat ! Le caillou ne ment pas, mais il ne dit pas la vérité non plus. Les cailloux sont rarement tendres, mais ils peuvent être doux. Le caillou meurtrier existe, malgré lui.

Chose étrange avec le caillou : si on le coupe en deux, on a deux cailloux, et ceci à l’infini. C'est troublant, comme de tenir dans sa main un caillou extraterrestre.

 

Publié dans propos aimables

Commenter cet article