Discussions de bord de mer avec Monsieur Hippopotame :

Publié le par arille

"L’art me rend heureux !"










Comme promis nous prolongeons notre discussion de bord de mer sur l’art. Monsieur Hippopotame annonce d’emblée un enthousiasme entier pour toutes les formes d’art. Nous avons choisi comme cadre de cette discussion la galerie Saint Nazaire à Sanary sur mer où se déroule sur trois étages une exposition gratuite sur l’happy art.

Monsieur Hippopotame : L’art me rend heureux !

Arille : Tout vous plaît ?

M.H. : J’ai des préférences pour la chanson française à textes humoristiques comme Bobby Lapointe mais j’aime aussi la voix grave d’Alain Bashung, la légèreté de Philippe Katerine ou l’étonnant Moïse…J’ai plus de mal avec la musique classique mais Don Juan de Mozart me tire des larmes. Quand à Botero, je l’adore ! Voilà un peintre qui magnifie la rondeur comme elle doit l’être, mais Rubens avait osé en premier….

A : Bien sûr ! Et cette exposition d’happy art, qu’en pensez-vous ?

M.H. : Je dois dire que tous les arts me rendent heureux sauf l’happy art !

A : N’est-ce pas paradoxal ?

M.H. : Tout à fait. Cependant la course à la gaîté a souvent une gravité morbide, non ? La concurrence à la fraîcheur des couleurs tendent vers le bébé art (faut-il dire baby art ?). On se croit vite chez Prénatal ! Les tapis représentant une sorte de loup bleu solitaire me glacent d’effroi pour je ne sais quelle raison.

A : Que pensez-vous des Guallino ?

M.H. : Ils ne donnent rien à penser. La glorification obligatoire et systématique d’un bonheur absolu relève à mon sens de la bêtise.

A : Mais la bêtise peut être un bon sujet en art.

M.H. : Très juste, j’ai adoré lire L’idiot. Quelle intelligence ! Mais ici rien d’autre qu’une construction totalitaire du bonheur comme règlement intérieur et domestique.

A : Vous avez la dent drôlement dure ! Ils ont tout de même le droit d'exprimer leur bonheur !

M.H. : J’ai les canines longues comme vous le voyez ! Tenez Arille, asseyez-vous là à côté de ces choses que je prenne une photo !

A : C’est vrai que le mystère et la nuance me semblent essentiels en art. Or ici, rien de tel !

M.H. : Nous sommes les seuls visiteurs ma chère Arille, ne tirons donc pas sur une ambulance. Si je vous offrais un objet, que choisiriez-vous ?

A : Ce petit livre objet me plaît beaucoup mais je ne sais pas s’il a vraiment sa place dans cette exposition.

M.H. : Il y a aussi la jeune fille de l’accueil qui peint des choses bizarres dans des assiettes. N’est-elle pas mignonne quoiqu’un peu maigre ?

A : Si ; je vous adore, Monsieur Hippopotame !
M.H. : Je suis quand même un peu déçu de constater qu'on choisit peu l'hippopotame comme sujet d'art.

Publié dans culture et confiture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Khaos Farbauti Ibn Oblivion 24/07/2008 13:33

Ma foi, si l'on inclut justement le "baby" art, on peut constater que l'hippopotame y est très présent.

Dans le rayon peluche, il dispute généralement la vedette avec la vache et l'ours.